Qu’est ce que le minimalisme

Qu’est ce que le minimalisme ?

À première vue, les gens pourraient penser que le minimalisme a pour seul objectif de se débarrasser des biens matériels : éliminer, désencombrer, réduire, jeter. Mais c’est bien plus que ça. Certes, l’élimination du superflu est une partie importante, mais ce n’est qu’une étape. Il ne s’agit pas seulement d’un objectif à atteindre, mais d’un chemin à parcourir.

De la société de consommation à la déconsommation ?

Quand on entend “minimalisme” on pense souvent à “vide”. Le mot “vide” est tout sauf attractif, car on l’associe généralement à la perte, la précarité, le manque, la privation, l’austérité. Cette notion et perspective sont selon moi le reflet de notre système de consommation et société actuelle qui a été fondé après la Seconde Guerre mondiale.

Les 30 Glorieuses, période de croissance exponentielle, représente les fondements de notre société actuelle basés sur la surconsommation, la valorisation des biens matériels et la possession. Le minimalisme a toujours existé, sauf qu’il était plus subi que choisi dans le passé.

Il y a plusieurs centaines d’années, les gens travaillaient dur pour simplement se loger, se nourrir et s’habiller. Ils n’avaient pas les moyens de s’offrir plus. Notre consumérisme actuel est fortement influencé selon moi par cette notion historique. Notre société de consommation actuelle essaye de combler le “vide” en réponse à ces périodes ou le vide n’était pas un choix, mais une obligation.

Aujourd’hui encore, certaines personnes subissent le vide, mais nous  y reviendrons dans un autre article. Pourtant, il suffit de changer de perspective et voir le vide tel qu’il est vraiment au lieu de ce qu’il n’est pas. On voit alors de la place : dans nos placards, dans nos emplois du temps, pour penser, pour jouer, pour créer, pour vivre. Quitter l’Avoir pour l’Être.

Notre société de consommation comble le vide par des biens et des valeurs matérielles. Nous sommes forts de constater que cela n’est pas la réponse la plus épanouissante et durable pour l’Homme et notre Terre. Nous devons changer notre vision de la vie, et comprendre que le vide est plus pratique et nous offre plus de perspectives.

Nous avons besoin d’espace pour nous épanouir, vivre de nouvelles expériences, et pour nous exprimer complètement. Le minimalisme permet de reprendre le contrôle sur nos objets, de récupérer de la place, de nous redonner du potentiel. Le vide n’est plus alors subi comme autrefois, mais le vide est choisi.

Pourquoi le minimalisme aujourd’hui ?  

À y réfléchir, la recrudescence du minimalisme n’est peut-être qu’une suite logique de notre histoire. Comme expliquer précédemment, notre passé nous a amené à vouloir surconsommer après une période de précarité, et de restriction. Le vide ayant été subi, la consommation a été une réponse immédiate et épanouissante.

Après plusieurs décennies sur ce modèle dirions nous que nous sommes plus heureux ? Que notre environnement est plus sain ? Je ne vous donne pas la réponse, vous la connaissez. La réponse matérialiste, et la surabondance ne sont donc pas la solution. Pourtant, partout et tous les jours, on nous prétend le contraire : achetez ceci, vous serez plus beau, possédez cela et vous réussirez mieux, procurez-vous ceci et vous serez plus heureux. Et puis une fois acheté et après l’extase des premiers moments et bien la réalité est plutôt le contraire. Un compte en banque amoindri, une joie de vivre terne.

On devient minimaliste pour diverses raisons. Certains se rendent compte qu’ils ont perdu le contrôle de leur vie à cause de leur possession, d’autres malgré l’opulence restent malheureux. Et si vivre avec moins nous permettrait d’être plus heureux. Derrière le désencombrement, il y a une prise de conscience et une réflexion globale sur la société de consommation.

Mode de vie minimaliste : se satisfaire de l’essentiel

Il n’est pas évident de donner une définition exacte et complète du minimaliste, mais il s’agirait peut-être de quelqu’un qui sait ce qui est vraiment important pour lui et qui réduit la masse de ses affaires en ne conservant que l’essentiel.

Réduire ses affaires au minimum n’est pas un but en soi. Le minimalisme sert avant tout à découvrir ce qui nous est vraiment essentiel. Être minimaliste, c’est tenter d’évacuer ce qui n’est pas essentiel, de façon à apprécier pleinement ce qui nous est vraiment précieux. Et cela s’applique à tous les aspects de la vie. Le but ce n’est pas d’avoir moins d’objets, mais d’avoir des objets qui nous parlent ou qui nous sont réellement utiles. Une vie centrée sur l’essentiel.

Vous n’êtes pas ce que vous possédez !

Les soucis commencent quand ont achète un objet uniquement pour se valoriser. Plus on accumule les objets pour chercher à faire valoir ses qualités, plus les objets eux-mêmes deviennent nos qualités. La priorité n’est plus le travail sur soi, les efforts se concentrent sur les objets. Les objets servent un autre but que leur fonction première. Nous les utilisons pour affirmer notre propre valeur.

Les objets n’ont pas de pouvoir en eux-mêmes. Mais nous les avons revêtus d’un pouvoir égal, voir supérieur au nôtre. Ils ne sont pourtant rien de plus que des objets. Je pense qu’il vaut la peine d’essayer, ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, de prendre ses distances avec tous ces objets devenus envahissants. Vous êtes vous-même, et les objets sont des objets.

Il n’est pas toujours facile de l’admettre, mais nous achetons des objets souvent pour projeter une certaine image de nous-même. Vous n’êtes pas ce que vous possédez !

Même si on déteste y penser notre temps est compté. La fin peut arriver plus vite que prévue. Et qu’est-ce qui arrivera après ? Vos proches viendront trier vos affaires ? Que ça vous plaise ou non les objets que vous laisserez derrière vous, feront partie de votre héritage. Je pense que vous n’avez pas envie qu’on se souvienne de vous comme un accumulateur compulsif. Vous préférerez sans doute laisser des souvenirs d’une personne légère et inspirante avec qui on a partagé de bons moments. Toutes ces petites affaires n’auront aucune importance à la fin de votre vie.

Comprendre cela nous aide à diminuer l’emprise des objets sur nous. La vie est trop courte pour se laisser embêter par nos affaires. Quand vous serez vieux, vous ne serez pas fier de vos objets, mais de ce que vous avez fait dans la vie, c’est-à-dire dans l’espace entre ces objets.

Se satisfaire du nécessaire : il en faut peu pour être heureux

“Celui qui sait qu’il possède suffisamment est riche » – Lao Tseu

Le suffisant correspond à ce qui est nécessaire pour satisfaire un besoin, une envie ou un désir. Le problème est que même nos besoins satisfaits, il reste nos envies et nos désirs. Pour se satisfaire du suffisant, il va falloir travailler sur ces deux derniers points.

L’Homme est en quête perpétuelle de nouveaux stimuli – tendance naturelle de l’homme – et cela nous pousse ainsi à acheter encore et encore, mais plutôt que d’accumuler des objets pourquoi ne pas accumuler des expériences ? Arriver à profiter sans acheter/posséder est l’une des clés du minimalisme. Simplement comprendre que le bonheur, c’est vouloir ce qu’on a déjà, faire preuve de gratitude. Avoir moins c’est avoir plus.

“Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on veut, mais de vouloir ce que l’on a déjà” – Rabbi Hyman Schachtel

Une fois qu’on a satisfait nos besoins essentiels le bonheur dépend très peu du nombre de nos biens matériels. En fait, nous avons besoin de très peu de chose pour rester en vie. Adopter le style minimaliste, c’est vivre simplement et avec sobriété. Notre espace et nos ressources sont limités. Le moindre de nos actes a des répercussions et ceux partout dans le monde.

“Vivre simplement pour que simplement d’autres puissent vivre” – Gandhi

Nos choix de consommation coûtent très cher à l’environnement. Nos achats ont également un coût humain. Acheter moins est le principe de base du bonheur de peu posséder. Pour diminuer notre impact écologique essayons de n’acheter que l’indispensable. Nous serons un peu moins responsables de l’épuisement des ressources, des souffrances humaines et du gâchis généralisé.

Et vous, le minimalisme ça vous parle ? Cet article, vous a-t-il été utile ? Voyez-vous le minimalisme comme une nouvelle réponse à nos problèmes environnementaux actuels ?

1 réflexion sur “Qu’est ce que le minimalisme ?”

  1. Ping : Comment consommer moins au quotidien ? - Conseils et astuces - Etre Minimaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *