Le lagom, cet art de vivre suédois qui rend heureux

Le lagom, cet art de vivre suédois qui rend heureux

Nous avons beaucoup à apprendre des pays scandinaves. Alors que les danois ont désormais l’incontournable hygge, les suédois ont le lagom (prononcer LAR-GOM). Le lagom est un style de vie recherchant l’équilibre, la modération, et une conscience collective.

Pourquoi un article sur le lagom ? Car le lagom est un art de vivre qui reflète parfaitement le style de vie minimaliste. Le lagom est un art de vivre qui prend contre-pied à la plupart des mauvaises habitudes de notre société de surconsommation d’aujourd’hui.

Le lagom c’est moins consommer, être plus écolo, être modeste, reconnaissant, se satisfaire de ce que l’on a et se réjouir des plaisirs simples de la vie. Tout cela en étant plus heureux et plus épanouie. Nous l’avons souvent mentionnée au cours de nos précédents articles mais le bonheur ne réside pas dans la possession mais dans le moment présent et la satisfaction.

Mais alors, en quoi ce petit mot est-il le symbole de tout un art de vivre ? A l’heure d’une mondialisation galopante et destructrice sur l’Homme et l’Environnement, nous sommes nombreux à vouloir redonner du sens à nos vies, nous libérer de cette consommation impulsive et épuisante. Il semblerait que les Suédois, eux, arrivent à garder une distance face à ce chaos. L’idée du Lagom arrive à point nommé pour nous aider à nous reconnecter à nous-mêmes et à adopter une façon de vivre plus intelligente, plus éthique, et finalement plus satisfaisante, en quête de sens au quotidien. Une philosophie économique et écologique positive qui s’inscrit dans la tendance slow life qui valorise une consommation sage et respectueuse de l’environnement.

Le lagom, c’est quoi ?

Le mot lagom est tout simplement intraduisible. Les expressions qui s’en approchent le plus sont “ni trop, ni trop peu” ou “ce qui est juste” ou bien encore “juste ce qu’il faut” “ce qui est suffisant”. Pour comprendre le sens du Lagom, il faut l’étendre à tous les aspects de sa vie. Car oui les suédois l’utilisent à toutes les sauces.

Quelque chose de lagom est quelque chose qui est optimal, tant en quantité, qu’en qualité, une façon de vivre basée sur l’idée du contentement, que les choses sont bien telles qu’elles sont, sans vouloir forcément plus. Le lagom est ainsi fait de minimalisme, de juste mesure, de simplicité et d’éthique. Une vision répondant au concept “moins mais mieux”. 

Le lagom c’est génial, et pourtant cette pondération peut nous paraître ennuyeuse, c’est parce que nous voyons cela d’un œil qui n’est pas habitué au civisme, aux tempéraments altruistes et à une vie tendant vers la simplicité. Chez nous, en France, l’excès est souvent valorisé et considéré comme une qualité :

  • Manger avec appétit, c’est convivial
  • Boire beaucoup, c’est être bon vivant 
  • Avoir un intérieur surchargé, un signe de personnalité 
  • Avoir un couple explosif, c’est être passionné

Passer en mode lagom nous demande donc un véritable ajustement de cette perception.

Le lagom life ne doit pas être réducteur mais au contraire libérateur :

  • Alléger sa penderie
  • Partir du travail le soir avec le sentiment du devoir accompli et non une culpabilité écrasante, 
  • Refaire sa déco sans se ruiner
  • Et avec la certitude de ne pas avoir contribué un peu plus à épuiser les ressources de la planète

Ça c’est assez jubilatoire.  

Quel soulagement soudain de vivre sainement et simplement.

  • Ne plus s’astreindre aux codes sociaux et faire preuve de spontanéité dans ses échanges
  • D’apprendre à apprécier ce que l’on a déjà, en arrêtant de vouloir toujours plus, toujours mieux,
  • De se satisfaire des petits plaisirs du quotidien,
  • Aller au marché le week-end

C’est tout ça vivre lagom, ou vivre tout court, peut être !

Vivre mieux avec moins, une consommation modérée

C’est possible d’être heureux en faisant des choix raisonnables et raisonnés, et de se libérer d’un engrenage consumériste dont le rythme effréné épuise l’Homme autant que notre Planète. 

L’expérience prône sur l’objet acheté dans la philosophie lagom. Le Suédois achète dans les commerces locaux plutôt que dans les centres commerciaux qui poussent à la surconsommation. Avec un focus porté sur l’expérience d’achat et non l’acquisition de biens matériels.

Il n’y a pas de plaisir fugace et de consommation de manière immodérée. En lagom on n’essaye pas forcement d’avoir la dernière machine à café dans la cuisine, juste parce que c’est la mode alors que l’ancienne fonctionne très bien. Ni la plus grosse voiture alors que l’on s’en sert rarement. En soit, on se fait plaisir sans surplus, sans excès.

Acheter lagom c’est trouver l’équilibre entre nos envies et nos besoins, c’est attendre un peu plus pour s’offrir quelque chose, mais jouir encore plus, et plus longtemps. C’est donner aux choses une vraie valeur et non pas la seule valeur de leur possession.

On dépense intelligemment avec une recherche de la juste qualité et quantité. Un suédois choisira un bon rapport qualité prix, il choisira rarement le plus cher, mais pas le moins cher non plus.

La priorité des Suédois va à leur vie familiale, pas à la consommation. Preuve significative, les horaires des magasins ferment tôt en Suède et surtout le weekend, ils ferment en générale vers 17h. bref, consommer n’est pas une priorité en Suède.

La notion de modération, implique que le luxe n’est pas particulièrement prisé en Suède. La Suède n’érige pas les objets hors de prix au rang de must have et ne les associe pas à la reconnaissance sociale. La consommation lagom s’accompagne d’humilité : il n’est pas très bon ton de vouloir montrer son argent et d’exhiber ses possessions comme dans d’autres pays.

Consommer à la suédoise :

  • Réduire ses dépenses en énergie et en eau 
  • Recycler 
  • Mieux gérer son argent 
  • Consommer en conscience 
  • Acheter au jour le jour

Se reconnecter avec la nature : Loisirs et Vacances 100% nature

Les vacances lagom c’est vivre de bons moments, se reposer au plus près de la nature et passer des vacances authentiques.

Allemansrätten” ou le droit à la nature. Concrètement les habitants en Suède ont droit d’aller absolument partout à l’exception des jardins particuliers. On peut donc se promener à travers bois, forêts, lacs, montagnes, sur le littoral mais aussi à travers champs, même sur des terrains privés, et y faire du vélo, skier, ou y planter sa tente librement ! Cette tradition millénaire inclut un droit de passage et de cueillette : chacun peut donc cueillir des fruits, des champignons ainsi que les plantes comestibles sauvages. La seule limite est l’engagement de ne pas “déranger” la nature et de la respecter, tant d’un point de vue sonore que visuel. On comprend mieux ainsi que la protection de la nature est inscrite dans l’ADN des suédois. Passer du temps à l’extérieur est culturellement une évidence. C’est un réel besoin et plaisir pour les Suédois de partir en promenade en famille dans la forêt, sans carte ou chemin défini, pour explorer, toucher, ressentir, respirer ou bien de partir à la pêche ou de faire une balade en vélo. Les Suédois conservent toujours ce goût pour les loisirs “sains”.

En Suède, de nombreuse famille disposent d’une résidence secondaire appelée “stuga”, nichée au cœur de grands espaces de nature, sans barrières autour du terrain. Là-bas, avoir une “maison secondaire” n’est pas réservé aux gens aisés. Il s’agit généralement de toutes petites maisons de bois rouge, ou le confort est réduit au strict minimum sans électricité et eau courante. Avec par exemple de l’eau à la pompe et des toilette sèches à l’extérieur. Les suédois y passent alors quasiment tous leurs week-ends, profitant de moments contemplatifs de grand calme. De quoi s’oxygéner le corps et l’esprit. Le lagom s’exprime ici presque au sens littéral : on ne cherche pas à avoir plus, ou mieux, on profite de ce que l’on a, de ce que le monde offre.

La Suède est un des pays au monde qui compte le plus de vélos par habitant. Les vélos sont partout ! Que ce soit pour aller au travail, faire une course, déposer les enfants à l’école ou encore une promenade du weekend ou les sorties entre amis, prendre son vélo est un réflexe chez les Suédois.

5 clés pour des loisirs à la suédoise : 

  • Que l’activité ne soit pas liée à un achat, à la consommation 
  • Être avec des amis ou en famille 
  • Être éco-responsable 
  • Valoriser les activités en extérieur, au contact de la nature 
  • Faire de chaque voyage une expérience

S’aménager un espace « misyg »

Le lagom prône un intérieur « misyg » c’est à dire un intérieur ressourçant et accueillant. Une maison lagom, c’est décorer sa maison avec sobriété mais chaleur, organiser son intérieur et choisir une décoration au design épuré qui respire. De par les conditions climatiques les suédois passent beaucoup de temps à l’intérieur donc chaque meuble a sa place et surtout l’espace est mis en valeur. Pas de fioriture, d’accumulation, les suédois ont en commun avec la Japonaise Marie Kondo (auteure de La Magie du Rangement) de plaider pour une maison délestée de ses objets inutiles au profit d’une ambiance zen ou chaque objet et chaque meuble comptent vraiment. Less is more, oser le minimalisme, au lieu de collectionner, on choisit et avec soin chaque chose qui composera chaque pièce pour ne garder que ce qui a un sens et une utilité. Minimaliste, la déco lagom ne prône pas pour autant le dénuement. L’ambiance est chaleureuse mais sans surcharge, épurée mais de qualité, l’objectif est de se sentir bien chez soi.

Dans un intérieur lagom, aucune place n’est perdue et tout est optimisé pour créer des rangements. Pour que l’espace respire, on ne laisse dehors les éléments déco comme des bougies, plaides. Les étagères sont aussi là pour accueillir quelques objets mais choisis avec soin, plutôt que de contenir des tonnes d’objets, et le reste est rangé pour ne pas polluer la vue.

Pour un intérieur suédois : 

  • Désencombrer l’espace. Rester simple, se débarrasser du superflu et l’espace rangé 
  • Utiliser une gamme de couleurs sobres, coordonner les tons dans un camaïeu neutre et reposant 
  • Privilégier les matières naturelles comme le bois, n’achetez pas d’objets en plastique 
  • Choisir des meubles avec une histoire (le fauteuil à bascule de votre grand-mère ou pièce chinée en brocante) 
  • Offrez-vous quelques beaux objets et mettez-les en valeur. Investir dans des objets d’art, de belles photos

Investir dans une garde robe lagom

Une garde-robe lagom c’est se vêtir simplement, porter ce que l’on possède déjà et acheter moins de vêtements mais mieux choisies, éthiques et durables. Le style lagom est minimaliste, non ostentatoire ni tape à l’œil et néanmoins élégant. L’équilibre parfait, juste, ni trop ceci, ni pas assez cela, ni luxe, ni négligé. Le style normcore, derrière son apparent refus de la tendance, est en réalité tout un art, qui repose sur un savant goût des associations afin de n’être ni fade, ni passe partout. C’est méthode se rapproche très fortement de la conception d’un capsule Wardrobe pour plus d’information on vous explique le concept et comment se constituer une garde-robe capsule dans cet article.

En Suède, peu de couleurs criardes, de style XXL ou d’expériences vestimentaires incertaines. Couleurs sobres et matières de qualité finissent de signer la silhouette suédoise par excellence. On mise sur des modèles assez classique ou basiques, mais qui tendent tous vers un certain style. La justesse du look tient à ce qu’il n’ait pas l’air d’avoir été travaillé. De Filippa K à Acne en passant par COS , les marques suédoises maîtrisent cette “normalité” tellement banché.  Le dressing suédois se composent de pièces de petits créateurs faciles à associer entre elles, aux coupes étudiées, à porter avec de jolies baskets pour donner à l’ensemble cet aspect décontracté mais impeccable qui fait toute la dimension lagom du style suédois.

Autre point pour une garde-robe lagom, il faut penser slow fashion ! La slow fashion se construit en opposition à la fast fashion qu’incarnent les géants de l’habillement qui renouvellent les collections à un rythme effréné. Pour afficher des prix toujours plus bas, ces marques font fabriquer leurs pièces par des main-d’œuvre bon marché et dans de mauvaises conditions. Tout ça pour des produits de mauvaise qualité, qui ne dureront pas dans le temps. La slow fashion est le contre-pied à ces méthodes. Les suédois favorisent les marques éthiques et durable, tout en ayant une consommation raisonnée, un respect du vêtement et de toute la chaîne de fabrication englobant sa fabrication et ses ressources humaines et environnementales. Les enseignes doivent afficher une réelle éthique tout au long de leur processus de production, depuis les conditions de travail de la main-d’œuvre, jusqu’aux matériaux en passant par le transport et les points de vente. Une approche pragmatique et pratique du vêtement.

Le shopping et mode à la suédoise c’est : 

  • Se renseigner sur les méthodes de production des marques ; 
  • Acheter d’occasion, chiner des pièces vintages ; 
  • Eviter les marques fash fashion ; 
  • Investir dans de belles matières de qualité 
  • Trier régulièrement ses vêtements pour garder une armoire légère  

Bien être au naturel

Le bien être lagom c’est se sentir bien au quotidien, adopter des habitudes simples et saines, et s’aimer au naturel.

Forcément, avec des températures très basses, prendre soin de leur peau est une obligation pour les Suédois. En mode lagom ce n’est ni trop peu, ni trop : on ne va pas se coucher sans se démaquiller, mais on ne dépense pas non plus des sommes folles dans une crème anti-rides. Les Suédois ont souvent des routines minimalistes mais adaptées à leur type de peau, les suédois ne cherchent pas LA crème miracle et ne change pas de soins toutes les semaines mais au contraire ils prennent le temps de chercher et de trouver la crème qui leur convienne. Que l’on soit un homme ou une femme, une jolie peau à la suédoise va surtout venir de bonnes habitudes, simples mais prises très tôt : nettoyer, protéger et hydrater.

Quand vous imaginez une suédoise, je parie que vous la voyez blonde, avec des yeux bleus, une jolie peau, peu de maquillage les cheveux lâchés, pas vrai ?  Ce qui est vrai c’est qu’en terme de maquillage les Suédoises sont adapté d’un style naturel et un make-up nude

Ode au corps, sauna et équilibre. Coté corps, les suédois entretiennent leur physique sans être bodybuildé, soigné sans être forcément bichonné, mis en valeur ni trop ni trop peu, en somme. C’est tout le rapport au corps qui est différents, incluant la nudité. Les suédois sans être particulièrement exhibitionnistes sont globalement très à l’aise avec leur anatomie, moins de tabous qu’en France. En effet, en suède, le sauna est une véritable institution qui se pratique en famille ou entre amis. Il n’est pas rare de “tomber la serviette” avant d’y entrer, sans pudeur.

Le bien être en Suède s’envisage ainsi au naturel, dans une culture du corps sans artifices, mêlant détente, hygiène et hygiène de vie.

Le bien être à la suédoise : 

  • Privilégier les soins naturels 
  • Chercher à se mettre en valeur et non à se corriger
  • Prendre soin de soi d’une manière globale 
  • Traiter son corps avec douceur 
  • Cultiver l’équilibre et l’harmonie intérieurs 
  • S’écouter, se regarder et s’accepter

Slow food, convivialité et saisonnalité

La philosophie lagom fait écho à la tendance slow : slow fashion comme nous l’avons vu précédemment, slow beauty, slow life et donc slow food ! Ce mouvement “eco-gastronomique” consiste à se préoccuper de son alimentation autant que l’environnement, et de les réunir à table.

Le slow food fait partit intégrante du mode de vie lagom et donc des suédois. Cela passe par les potagers particuliers qui permettent de cultiver ses propres légumes, mais aussi et surtout, l’habitude suédoise qui consiste à aller cueillir ses aliments qui passe de la nature à l’assiette sans autre intermédiaire. Les familles se réunissent souvent pour des cueillettes en forêt à la recherche de baies, d’herbes et de champignons.

La saisonnalité est un élément majeur à prendre en considération en Suède : malgré l’importation des aliments et des tendances mondiales, le long hiver suédois implique de faire des réserves et de gérer ses stocks de manière optimale. La conservation des aliments frais est d’ailleurs une préoccupation ancestrale pour tous les Nordiques, et se ressent aujourd’hui dans leur façon d’envisager la cuisine et les aliments. Les fruits et baies qui ne sont pas mangés frais seront transformés en confitures ou congelés, les légumes conservés dans un vinaigre, la viande et le poisson seront fumés ou salés. De plus, la conscience collective toujours marquée par les rudes hivers, les Suédois ont une passion pour les légumes racines tels que les pommes de terre ou les betteraves qu’ils stockent dans leurs caves.

En Suède, on aime être tous dans la cuisine, autour de la personne qui prépare le repas. Même en semaine, les suédois commencent quand même à préparer le repas assez vite en fin d’après-midi car on dîne tôt, ce qui permet à tout le monde de participer. C’est une habitude bien ancrée que de préparer le repas tous ensemble, avec les papas d’ailleurs qui sont à la maison puisqu’ils ont pu sortir tôt du travail, pour pouvoir être en famille. Mais cette tradition prend toute son ampleur le week-end et dès le vendredi. C’est le traditionnel soir du Fredagsmys ou Cosy Friday qui marque le début du week-end.  De manière générale, en cuisine, les enfants sont toujours invités à participer : les plus grands épluchent, les plus petits remuent, tout le monde met la main à la pâte. Et même quand ils reçoivent des amis, ceux-ci viennent entourer la personne qui cuisine dans la cuisine, ne la laissant pas seule pendant que certains trinquerait dans le salon.

Manger comme un suédois : 

  • Manger des aliments frais 
  • Faire ses conserves pour l’hiver 
  • Cuisiner ensemble 
  • Faire des pauses fika
  • Consommer de l’alcool mais avec modération

Les « pauses fika » au travail

Cet aspect de la vie suédoise pourrait résumer à lui seul le principe de lagom. Alors qu’en France il est souvent mal vu de rater une réunion lancée à 18h pour récupérer les enfants à l’école, en Suède, la vie de famille est dans tous les esprits, entreprise comprise. Ainsi les Suédois peuvent quitter leur travail à 17h le cœur léger, sans être regarder de travers par leur chef, ni par leurs collègues. La recherche de l’équilibre entre ces deux aspects travail/ famille permet de rendre les employés plus heureux mais également plus productif. Un deal gagnant-gagnant parfaitement lagom qui a de nombreux effets positifs : Le Suédois est surtout content d’aller au travail car celui-ci ne déborde pas sur son temps personnel, évitant ainsi les frustrations et autre burn-out ou dépressions.

Un présentéisme mal vu. En effet en Suède, il n’est pas bien vu de rester trop tard au travail car les Suédois le percevoir comme un aveu d’inefficacité. De même, faire des heures sup’ peut être le signe que le travailleur s’organise mal. De plus personne ne vous tiendra rigueur si vous êtes absent du bureau parce que votre enfant est malade et le congé parental ne saurait déboucher sur une mise au placard à votre retour.

Plus efficaces, plus heureux au travail, mieux compris par leur hiérarchie les Suédois sont l’exemple même du management positif basé sur la confiance et le respect de l’équilibre personnel.

La parité avant tout ! les Suédois pensent profondément qu’un homme et femme devraient avec les mêmes opportunités et les mêmes possibilités pour forger la société. La Suède est d’ailleurs considérée comme un modèle du genre.

L’emblématique pause Fika ! Derrière ce petit mot se cache un véritable incontournable de la vie quotidienne suédoise : une pause-café gourmande et complément lagom. Techniquement il s’agit d’aller prendre un café et manger un petit quelque chose, mais c’est beaucoup plus que ça ! Il s’agit d’un véritable moment d’échange et de convivialité qui rythme les journées en Suède.  A 10h en entreprise, alors que l’on commence à piquer du nez sur l’ordinateur, c’est fika time ! Pas question d’aller péniblement et seul chercher au bout du couloir son café dans un gobelet en plastique. On se retrouve avec son équipe, et souvent son manager, pour une vraie pause ou l’on échange librement.

Travailler à la suédoise : 

  • Valoriser son temps de travail, ne procrastinez pas, soyez efficace et concentré pendant les heures prévues afin de ne pas faire d’heures sup 
  • Envisager de travailler différemment avec la possibilité de travailler à temps partiel ou en télétravail. 
  • S’exprimer, en parlant régulièrement de ce qui vous gêne et vous plait, de manière simple. 
  • Sortir pour déjeuner ou pour faire une pause, sortez physiquement de votre bureau et de l’entreprise, pour mieux décrocher 
  • Relativiser, et travaillez pour vivre et non l’inverse… 

Cette recherche de l’équilibre et de justesse est finalement commune à de nombreuses cultures et est au centre des préoccupations de ceux qui prônent le bonheur au quotidien. En espérant que cet article vous aient apporté la juste dose d’inspiration pour inviter la philosophie du “ni trop, ni trop peu” dans votre vie.

Je vous partage également l’univers d’une artiste suédoise Jonna Jinton, que vous retrouverez dans cette vidéo qui illustre selon moi parfaitement cet état d’esprit lagom.

Et si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous recommande la lecture du “Le Livre du Lagom” d’Anne Thoumieux.

Être Lagom, c’est être ni trop, ni trop peu.

Lagom, la simplicité à la suédoise pour vivre mieux avec moins| Etre-minimaliste.com

3 réflexions sur “Le lagom, cet art de vivre suédois qui rend heureux”

  1. Ping : Salon Minimaliste : Comment désencombrer son salon ? - Etre Minimaliste

  2. J’ai toujours été fasciné par les modes de vie à la scandinave. Cette simplicité dans la vie de tous les jours et le retour à la simplicité des choses. Je trouve ça génial et selon moi nous ramène aux choses essentielles de la vie. Très bon article, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *